samedi , 29 janvier 2022

[lille3000 – UTOPIA] Les Métamorphoses Urbaines du 14 mai au 02 octobre 2022

En 2004, Lille devenait Capitale Européenne de la Culture. Cet événement hors normes a durablement changé la ville, la région et son dynamisme culturel. Depuis 2006, lille3000 poursuit le travail engagé en 2004 avec ses grandes éditions thématiques : Bombaysers de Lille (2006), Europe XXL (2009), Fantastic (2012), Renaissance (2015) et Eldorado (2019). Utopia, la 6ème édition thématique de lille3000, se tiendra du 14 mai au 02 octobre 2022 dans la Métropole Européenne de Lille, l’Eurométropole et la Région Hauts-de-France.

Utopia se tiendra du 14 mai au 02 octobre 2022. Cette nouvelle édition proposée par lille3000 sera consacrée à la Nature et au rapport de l’Homme à son environnement.

Utopia sera jalonnée d’événements, de rencontres inédites, d’expériences nouvelles et de créations, au croisement de l’art et de la science, pour donner conscience de la complexité du monde et de sa force poétique, par-delà les visions catastrophiques du changement climatique. Expositions, métamorphoses urbaines, projets participatifs, conférences mais aussi, une des nouveautés de l’édition 2022 : les Caps, des randonnées pédestres qui permettront au public de découvrir des propositions artistiques dans des lieux, souvent méconnus de Lille et de la région.

Zoom Sur … Les Métamorphoses Urbaines

Kim Simonsson, Moss People – La Rambla – Rue Faidherbe, Lille – 14 mai au 02 octobre 2022

Simulation @ Kim Simonsson

Les sculptures de Kim Simonsson évoquent un monde imaginaire, souvent peuplé de figures féeriques, sorties de contes nordiques dans lesquels des petits personnages se transforment peu à peu en éléments du monde végétal.

Pour Utopia, les Moss People sont des vagabonds des forêts nordiques. Ce sont des cueilleurs vêtus de chaussures de chou-fleur et pour certains des couvre-chefs, qui les protègent des intempéries. Les Moss People communiquent avec la langue des signes universelle primordiale qu’ils ont créée ensemble. Comme les oiseaux migrateurs, ils se déplacent d’un endroit à un autre, chacun d’eux ayant un but à trouver, leur signe. À travers un récit à la frontière du réel et du surnaturel, les dix elfes nous plongent au cœur des Taïga, ces forêts nordiques denses et peuplées de récits imaginaires.

Une des ses sculptures sera également présentée à Roubaix durant Utopia.

Jean François Fourtou, La Maison des Géants – Îlot Comtesse, Lille – 14 mai au 02 octobre 2022

Crédit photo : DR – @ Jean François Fourtou

Pour Utopia, il propose un projet d’envergure autour des Nanitos. Ce nom est l’abréviation de « enanitos » lui-même le diminutif de « enanos » qui désigne, en espagnol, des personnages de petite taille.

Lorsque sa fille était enfant, Jean-François lui racontait qu’il existait des petits personnages dans le jardin qui vivaient sous-terre et se déplaçaient tellement vite qu’on ne les voyait pas passer lorsqu’ils allaient rejoindre des labyrinthes souterrains. Puis, il y a six ans, les Nanitos prirent progressivement forme pour finir par sortir des entrailles de la terre. Naissance magique qui fait écho à celle des deux garçons de Jean-François nés par GPA à la même époque.

Les Nanitos sont une nouvelle étape dans le travail de l’artiste qui s’est fait connaître dans les années 90 par ses singulières sculptures d’animaux, puis par ses architectures insolites et déroutantes comme la Maison des Géants ou la Maison à l’envers. En effet pour la première fois ses sculptures ne sont pas liées à l’habitat, elles se nourrissent d’un environnement naturel et en poussant dans le potager du jardin elles se transforment, en devenant adultes, en jardiniers. Ces personnages qui travaillent dans le parc lui donnent vie et suscitent une interaction avec les visiteurs tout en restant énigmatiques avec leur uniforme et leur tête en forme de citrouille.

Les Nanitos créent un univers fantastique, étrange et enchanté qui nous fait redécouvrir des sensations liées au monde de l’enfance.

À travers toutes ses expositions, son parc de sculptures à Marrakech, les animaux, ses architectures, ses installations et maintenant les Nanitos, Jean-François Fourtou développe un univers mi-magique mi-mémoriel sur le thème de l’enfance et comme toujours chez lui l’art et la vie sont étroitement liés.

Cousins des lutins et autres Korigans, qui peuplent les légendes et les mondes imaginaires, ils œuvrent secrètement à la frontière du monde des humains et de la nature. »

Joana Vasconcelos, Simone – Gare Lille Flandres – 14 mai au 02 octobre 2022

Crédit photo : DR – @ Joana Vasconcelos

Les Valkyries de Joana Vasconcelos sont des sculptures inspirées des figures féminines de la mythologie nordique qui survolent les champs de bataille, ramenant à la vie les guerriers les plus courageux, pour rejoindre les divinités du Valhalla. Fabriquées avec des matières textiles, elles expriment pleinement la créativité de l’artiste, à travers une variété de tissus, de crochet en laine et de passementerie.

Le résultat final est une combinaison surprenante de volumes, de textures et de couleurs, utilisant des compétences manuelles et mettant à jour le lien entre les arts et l’artisanat au 21ème siècle. Formées d’un corps central, d’une tête, d’une queue et de plusieurs bras, de nombreuses Valkyries réunissent à la fois la particularité du “fait main” avec des composants technologiques, grâce à l’insertion de lumière qui (simulant les vibrations et la respiration) fournit mouvement et vie aux sculptures.

Pour lille3000, Joana Vasconcelos a imaginé deux Valkyries à grande échelle. L’une à suspendre à la Gare Lille Flandres, accueillant tous ceux qui arrivent en ville en train et faisant ses adieux à ceux qui continuent leur voyage ailleurs ; et une autre spécialement créée pour La Maison Folie Wazemmes.

Joana Vasconcelos, Pavillon de Thé – Lille – 14 mai au 02 octobre 2022

Crédit photo : DR – @ Joana Vasconcelos – Projet à l’étude

Une énorme structure en fer forgé (une théière), impose sa présence monumentale, captant l’attention immédiate du public. Dans les balustrades en fer qui donnent à la théière sa forme, on reconnaît les motifs distinctifs de clôtures que l’on peut voir dans différents paysages urbains et ruraux.

L’installation présente une symbiose entre le naturel et l’industriel. L’objet lui-même invoque une domesticité qui est dans le même temps niée par l’exagération de son échelle habituelle.

La pièce est une allusion historique subtile au rôle prépondérant joué par les Portugais qui introduisirent le thé dans les habitudes de consommation européennes.

Des références historiques et culturelles affirmées et des allusions à la réalité urbaine, rurale, domestique et publique s’articulent dans une stratégie d’appropriation, de décontextualisation et de subversion de la banalité, transportant le spectateur dans un univers qui défie les routines programmées du quotidien ; un monde à la fois étrange et familier.

Ghyslain Bertholon, Rezilientia – Vieille Bourse, Lille – 14 mai au 02 octobre 2022

Crédit photo : DR – @ Ghyslain Bertholon – Rezilienta, 2019

Dans le cadre de cette nouvelle édition de lille3000, Rezilientia pourrait s’inviter au cœur du sublime patio de la Vieille Bourse, clairière urbaine ceinte de colonnes comme autant d’arbres pétrifiés. Une version de Rezilientia, de forme et format différents sera spécialement dessinée puis réalisée aux dimensions de cet écrin.

« Je travaille depuis plus de quinze ans sur la relation de domination que l’Homme entretient avec son environnement… lequel à force d’abuser de ses ressources en bouleverse les grands équilibres. Rezilientia est une œuvre résolument optimiste, ou plutôt désespérément optimiste comme j’aime à me définir. Un jour de novembre 2019, j’ai esquissé dans mon carnet le rapide croquis d’une souche calcinée dans laquelle est fichée une hache dont le manche semble reprendre vie. À cette époque, le continent Australien se consume littéralement sous les flammes de gigantesques incendies. Faune et flore sont emportées par le feu sur des milliers et des milliers d’hectares. Rezilientia reprend, de façon allégorique, la théorie de Boris Cyrulnik, neuropsychiatre français, qui dans les années 90 a popularisé le concept de résilience en psychanalyse, qui consiste à continuer à se développer après un traumatisme, mais différemment.

Au-delà de l’émotion ressentie lors des grands feux de végétation qui ont ravagé le continent Australien, cette sculpture s’inscrit dans le continuum de mes préoccupations artistiques. Je travaille en effet depuis plus de quinze ans sur la relation que l’Homme entretient avec son environnement. Une relation de domination qui conduit l’animal humain à user et abuser des ressources offertes par une planète Terre dont les grands équilibres sont aujourd’hui
bouleversés. Rezilientia est une œuvre résolument optimiste. »

Ghyslain Bertholon

Eric Baudart, Cubikron 3.0, Lille

Crédit photo : DR – @ Eric Baudard – Projet à l’étude

Éric Baudart poursuit une pratique héritée des readymade de Duchamp. Les œuvres ou les situations proposées ne sont pas de simples objets trouvés mais plutôt des objets reconfigurés et réorientés. L’installation Cubikron 3.0 d’Eric Baudart s’érige droit dans l’espace. Constituée de 10 sommiers métalliques à ressort disposés pour former une structure cubique, Cubikron 3.0 joue avec les propriétés du squelette de cet objet ordinaire. Juxtaposés, les ressorts tissent un labyrinthe noir, visuel et complexe. Ainsi, chacun des Cubikron est une proposition d’espace, qui n’est pas à proprement parler une représentation du réel, ni même un aspect de celui-ci, bien qu’il tente d’en reprendre la logique. Il s’agit pour l’artiste de projections mentales, comme autant de grilles de possibles.

Pour Utopia, il reconsidère ses architectures comme des installations, ou sculptures qui protègent la nature.

Christian Clauwers, Grands Boulevards, Mouvaux

Crédit photo : DR – @ Christian Clauwers

Christian Clauwers est un photographe, aventurier et explorateur belge qui a fait deux fois le tour du globe et exploré plus de 113 pays sur les 7 continents.

En 2021, il expose son travail sur les pôles à Nausicaá dans une exposition Sentinelles du climat. Ses photos témoignent des paysages de ces régions du bout du monde en Arctique et Antarctique qui vivent des changements
profonds.
Ses photographies seront exposées sur les Grands Boulevards de Mouvaux.

A suivre… les expositions à Lille (d’ici quelques jours…)

Site internet de lille3000

Découvrez nos articles sur UTOPIA

Source : lille3000 – Photos : DR – © lille3000

A propos de Damien

A lire également !

Lille Neige aura lieu du 05 février au 06 mars 2022

Cette année, Lille Neige aura lieu du samedi 05 février au dimanche 06 mars 2022 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.