samedi , 29 janvier 2022

[lille3000 – UTOPIA] Les Expositions à Lille à partir du 23 avril 2022

En 2004, Lille devenait Capitale Européenne de la Culture. Cet événement hors normes a durablement changé la ville, la région et son dynamisme culturel. Depuis 2006, lille3000 poursuit le travail engagé en 2004 avec ses grandes éditions thématiques : Bombaysers de Lille (2006), Europe XXL (2009), Fantastic (2012), Renaissance (2015) et Eldorado (2019). Utopia, la 6ème édition thématique de lille3000, se tiendra du 14 mai au 02 octobre 2022 dans la Métropole Européenne de Lille, l’Eurométropole et la Région Hauts-de-France.

Utopia se tiendra du 14 mai au 02 octobre 2022. Cette nouvelle édition proposée par lille3000 sera consacrée à la Nature et au rapport de l’Homme à son environnement.

Utopia sera jalonnée d’événements, de rencontres inédites, d’expériences nouvelles et de créations, au croisement de l’art et de la science, pour donner conscience de la complexité du monde et de sa force poétique, par-delà les visions catastrophiques du changement climatique. Expositions, métamorphoses urbaines, projets participatifs, conférences mais aussi, une des nouveautés de l’édition 2022 : les Caps, des randonnées pédestres qui permettront au public de découvrir des propositions artistiques dans des lieux, souvent méconnus de Lille et de la région.

Zoom Sur … Les Expositions à Lille

Les Vivants – Fondation Cartier pour l’art contemporain – TriPostal, Lille – 14 mai au 02 octobre 2022

Crédit photo : © Bruno Novelli – Adhafera, 2011

La Fondation Cartier pour l’art contemporain développe depuis plus de vingt ans une programmation qui explore les grands enjeux écologiques actuels. Au fil du temps, sa collection s’est enrichie de nombreuses œuvres qui invitent à porter un regard renouvelé sur la beauté et la vulnérabilité du monde vivant. Réunissant plus de 250 œuvres essentiellement issues de cette collection, l’exposition Les Vivants propose de transporter notre imagination au-delà de l’anthropocentrisme afin de réinventer, avec empathie et humilité, une nouvelle cohabitation terrestre avec les plantes et les animaux.

Le Serpent Cosmique – Musée de l’Hospice Comtesse, Lille – 04 mai au 02 octobre 2022

Crédit photo : © Guillaume Ziccarelli – Paola PIVI – I am jetlagged, 2019

L’exposition prolifique, conçue comme une promenade labyrinthique, organique, surprenante voir hallucinante, traverse avec sensibilité des courants et pratiques artistiques diverses, de l’Arte Povera aux installations interactives et expérientielles, de l’art chamanique à la jeune peinture des millenials. L’exposition se déploie dans la totalité du Musée de l’Hospice Comtesse, dialoguant avec les salles et les collections permanentes. Le parcours multiple, visuel, sonore, olfactif mais aussi étonnant et parfois déroutant, nous invite à vivre une véritable expérience immersive et sensorielle pour explorer différemment notre place dans le monde et éveiller ou réveiller le lien profond qui unie l’homme à la nature.

Présentant de nombreux artistes contemporains, du monde entier, pour offrir un regard planétaire, l’exposition se compose de 3 thématiques :
– Les hominidés ; explorant la fusion de l’homme avec les formes de la nature, entre métamorphoses et hybridations avec l’animal, le végétal et le minéral.
– Le monde naturel ; comme sources d’inspiration et d’émerveillement propices au questionnement sur nos capacités de perception mais aussi de discernement face aux défis écologiques actuels.
– Le cosmique : alchimie, empirisme et sciences se rencontrent pour explorer au-delà des limites de la perception et de la conscience.

Novacène (titre provisoire) – Gare Saint Sauveur, Lille – 14 mai au 02 octobre 2022

Crédit photo : © Torben Eskerod – Joana Vasconcelos, Jardim Do Eden, Belvedere, 2011

Se déployant dans tous les espaces de la Gare Saint Sauveur, l’exposition Novacène s’inscrit dans cette utopie post-anthropocène et révèle ses indices. Les artistes présentés dressent l’avant-garde d’une nouvelle civilisation en cours d’avènement. Sismographes des dernières secousses d’un monde hyper carboné (Allora & Calzadilla, Julian Charrière, Maarten Vanden Eynde), explorateurs des subtiles parentés entre êtres vivants (Fabien Léaustic), alchimistes des phénomènes climatiques (Marie-Luce Nadal, Bigert & Bergstörm, Bianca Bondi), les artistes placent le care (Otobong Nkanga), l’action (Lucy+Jorge Orta), les sens (Sissel Tolaas, Zheng Bo, Anna Komarova) au cœur d’un bien commun réinvesti, et soulèvent les questions éthiques de ce monde d’après (Haroon Mirza). Dans une démarche d’éco-conception, Novacène devient un lieu d’exploration, de rêve et d’union à l’heure de la dernière chance pour avoir un futur viable.

Le Jardin d’Eden – Maisons Folie Wazemmes & Moulins, Lille – 14 mai au 02 octobre 2022

Crédit photo : © Sofie Lachaert – Simulation Maison Folie Moulins

Pour Utopia, Siegrid Demyttenaere & Sofie Lachaert (représentées par lsd2) ont développé un programme artistique engageant et créateur de débat. Le résultat, intitulé Le Jardin d’Eden, est une présentation séduisante et animée, qui célèbre et stimule la recherche de l’humain pour un monde meilleur à travers le regard critique d’artistes.

À cette occasion, lsd2 transforme la Maison Folie Wazemmes, la Maison Folie Moulins et l’Eglise Sainte-Marie-Madeleine en laboratoires artistiques, où interagissent des idées ambitieuses concernant notre futur et où des perspectives valeureuses sont imaginées, planifiées et visualisées.

Le Jardin d’Eden va également rayonner dans la Gare Lille Flandres et rue Faidherbe, une immense installation de Joana Vasconcelos et les gigantesques Moss People de Kim Simonsson vont accueillir les visiteurs du monde entier pour leur voyage utopique.

Dans l’ancienne filature qu’est la Maison Folie Wazemmes, Joana Vasconcelos (Portugal), une grande artiste engagée, offre des univers venus d’un autre monde au public. Elle l’immerge dans des paysages monumentaux aux formes, textures et rythmes surprenants. Son champ de fleurs nocturnes luminescentes, intitulé Jardim Do Éden, constitue certainement une expérience inégalée et nous encourage à (continuer à) rêver.

Dans l’ancienne brasserie qu’est la Maison Folie Moulins, le public est invité à réfléchir à ce qu’est ou peut être l’utopie, guidé par une roue de la fortune contemporaine imaginée par Mathieu Frossard (France).

À l’intérieur du bâtiment, le hall et les couloirs constituent une toile et un parcours visuel pour les dessins de Peter Van den Ende (Belgique). Avec ses décors immersifs, soulignés par des sons atmosphériques, il marque le passage vers les étages supérieurs.

Au premier étage, les Moss People en céramique du sculpteur Kim Simonsson (Finlande) forment un décor utopique et merveilleux. Dans la tour, Cyril Lancelin (France), nous offre Cactus Pyramide, une impressionnante composition de cactus qui renverse le monde, au sens propre comme au figuré.

Suivez ensuite votre nez et découvrez des installations olfactives de Peter de Cupere (Belgique) ; évoquant une forêt glorieuse et pure, et en même temps subtilement le contraire et l’odeur de Salt Flower imaginaires.

Dans l’univers hétéroclite de Sainte-Marie-Madeleine, Peter de Cupere fait de nouveau appel à votre nez pour vous guider, entre autres, vers une sculpture olfactive intitulée Flower Fragum Cardamomi. (voir ci-dessous).

La Forêt Magique – Palais des Beaux-Arts, Lille – 13 mai au 19 septembre 2022

Crédit photo : © RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojeda / Thierry Le Mage – Le Rayon de soleil, Célestin-François Nanteuil (1813-1873)

La forêt habite notre imaginaire depuis des temps immémoriaux. Parmi les hommes et les femmes, les artistes ont porté un regard singulier sur l’arbre et la forêt, pressentant leur importance. Ce sera le propos de cette exposition : comment les artistes ont-ils représenté la forêt ? Quelles vertus, quels pouvoirs, lui ont-ils prêté ?

À partir d’un corpus resserré d’œuvres (une cinquantaine au total : peintures, installations, immersions et extraits de films), l’exposition tentera de proposer une expérience esthétique forte, conjuguée à une lecture plus tangible et sensible des œuvres par un botaniste. En effet, même quand leurs œuvres ont une apparence irréaliste et symbolique, les artistes ne représentent pas n’importe quels arbres.

Comme l’exposition Expérience Goya qui se tient en 2021 au Palais des Beaux-Arts, cette exposition aura également une forte dimension développement durable dans sa conception, de même qu’elle sera sonorisée et mise en « odeurs ».

Utopia au Musée d’Histoire Naturelle de Lille – Dès le 23 avril 2022

Crédit photo : © A. Dussautour

À l’occasion de la saison Utopia de lille3000, le Musée d’Histoire Naturelle de Lille questionnera notre relation à la Nature et proposera la vision de possibles nouveaux modes de société célébrant la biodiversité. Ainsi, vous pourrez : prendre conscience, de manière sensible et collaborative, des différentes perceptions qui existent dans la Nature, et ainsi voir le Monde à travers le regard d’animaux, avec le Zooscope ; faire la connaissance du Blob, cet être vivant unicellulaire, ni animal, ni végétal, ni champignon, appartenant à la famille des amibes, élevé au Musée et faisant preuve d’une forme d’intelligence inattendue… ; découvrir une exposition-dossier mettant à l’honneur le travail de représentation scientifique des espèces d’arbres disparues, avec notamment la découverte des travaux d’illustration de Madeleine Aimé. Des rencontres, nocturnes et ateliers viendront également illustrer ces thématiques et vous permettront de réfléchir autrement à demain, et envisager un monde où l’humain se réconcilie avec le vivant.

Le blob du MHN
14 mai > 02 octobre 2022

Zooscope, La vision des animaux par Les Yeux d’Argos
23 avril > 19 juin 2022

Les arbres du passé : Reconstituer les forêts géantes du carbonifère, entre science et arts
Printemps 2022

Môm’Art – Gare Saint Sauveur, Lille – Dès le 14 mai 2022

Crédit photo : DR

Les enfants et les jeunes de Lille, Lomme et Hellemmes sont déjà à l’œuvre pour préparer une nouvelle édition de Môm’art qui aura lieu à la Gare Saint Sauveur. Avec leurs enseignants, des intervenants artistiques et animateurs de la Ville de Lille, des artistes et auteurs de renom, ils peignent, dessinent, préparent des spectacles et concerts, s’improvisent sculpteurs ou photographes. Utopia et ses déclinaisons de la nature les invitent à mieux connaître leur environnement, pour le préserver, mais aussi pour s’en inspirer et s’enchanter.

Lors de sorties dans les jardins, en forêt ou dans les musées en temps scolaire et périscolaire, les élèves (re)découvrent la nature et ses trésors, tout ce qui anime la faune et la flore, du minuscule au gigantisme. Toutes les idées sont dans la nature !

Ces impressions et apprentissages donneront lieu à leurs propres interprétations artistiques. Leurs forêts, qu’elles soient hantées, enchantées ou magiques, seront certainement peuplées d’animaux et d’êtres surprenants. Grands et petits sont pressés de découvrir cet hymne à la nature vu par les enfants !

Peter De Cupere – Église Sainte-Marie-Madeleine, Lille

Crédit photo : DR – Simulation novembre 2021 – Peter De Cupere

Peter de Cupere est un artiste olfactif qui travaille avec les parfums et senteurs. Il crée des œuvres destinées à explorer notre sens de l’odorat. Dans le cadre de l’exposition Le Jardin d’Eden (voir ci-dessus), il présente à l’Église Sainte-Marie-Madeleine un parcours d’œuvres olfactives qui invite le public à se laisser guider par le bout du nez. Flower Fragrum Cardamomi, installation monumentale de 9 mètres, représente un bulbe en fleurs avec de longues tiges s’étendant vers le ciel. Le visiteur est invité à s’approcher et gratter la surface de la sculpture, libérant ainsi un parfum dans l’air. Ce parcours olfactif se poursuit au sein de la Maison Folie Moulins aux côtés des œuvres de Cyril Lancelin, Kim Simonsson et Peter Van den Ende.

Institut pour la Photographie, Lille

Crédit photo : Archive Zoom sur Lille – Intérieure de l’Institut pour la Photographie

L’Institut pour la Photographie, avec Le CRP/ Centre régional de la Photographie à Douchy-les-Mines, Château Coquelle à Dunkerque, Destin Sensible à Mons-en-Barœul proposent une programmation photographique autour de l’eau. La question primordiale de l’eau comme matière première, matière vitale ou première nécessité est un des principaux enjeux du développement durable. La question de l’eau dans l’environnent ou les questions climatiques actuelles placent cet élément de base au cœur des richesses vitales de nos sociétés. L’eau est aussi un facteur déterminant dans l’étude du paysage naturel, social et économique des Hauts-de-France, depuis ses côtes maritimes jusqu’aux axes fluviaux qui traversent son territoire. Cette ressource naturelle donne ainsi lieu à différentes expérimentations poétiques, réflexives et pour le moins sensibles. Les experts territoriaux en matière de photographie proposent de coordonner un programme de résidences artistiques sur le territoire pour la production de quatre projets d’exposition inédits conçus pour une présentation hors-les-murs pour enrichir le parcours d’Utopia dans la Région Hauts-de- France.

Rêves d’encre, Pauline Di Valentin – Espace Pignon, Lille – 14 mai au 17 juin 2022

Crédit photo : © Pauline Di Valentin – Utopia

Pauline Di Valentin présente à l’espace Pignon dans le cadre d’Utopia une série de dessins à l’encre sur papier mettant en scène des lieux imaginaires, des architectures, et des végétations. Inspirée par le cinéma et la photographie, elle compose ses tableaux comme des arrêts sur image, laissant ainsi la scène dans une temporalité irréelle, et le spectateur libre d’en imaginer le récit.

Chacune de ces villas, constructions, tantôt italiennes, californiennes ou japonaises, semble se dresser sur un même territoire, un espace inconnu, couvert d’une jungle dense peuplée de cascades, de lacs et de palmiers. La nature qui entoure les maisons rassemble à des paysages et des végétations de climats différents qui cohabitent et rendent les lieux encore plus indéfinissables, sorte de paradis à peine dérangé par la présence humaine. Si les édifices rappellent parfois l’architecture utopique du brutalisme, les ornementations et mosaïques de marbrures, de terrazzo, et les assemblages s’ancrent dans un récit provoquant l’apaisement, l’émerveillement voire l’amusement. Le rose pâle qui colore les œuvres devient le fil conducteur de ces récits utopiques, ouvrant au visiteur la perspective de ses propres histoires.

Cette mer qui nous entoure – artconnexion – Espace Le Carré, Lille – 12 mai au 17 juillet 2022

Crédit photo : © Nicolas Floc’h – La couleur de l’eau, Colonne d’eau

Cette mer qui nous entoure regroupe trois expositions présentées à l’Espace Le Carré, Espace municipal d’art contemporain de la Ville de Lille, mais aussi au Frac Grand Large – Hauts-de-France (Dunkerque), et à artconnexion. Elle reprend le titre de l’ouvrage écrit en 1951 par la biologiste marine Rachel Carson, figure tutélaire de l’écologie mondiale.

Dans une série d’œuvres produites par artconnexion, les artistes dressent une cartographie de la mer, à la fois réelle et conceptuelle, nous permettant d’appréhender nos relations physiques, scientifiques et écologiques avec l’élément aquatique, mais aussi les représentations que l’on s’en fait. Le Frac Grand Large exposera pour la première fois, sa toute nouvelle acquisition La couleur de l’eau du photographe et apnéiste français Nicolas Floc’h.

Fabrice Hyber – Lasécu, Lille – 14 mai au 16 juillet 2022

Crédit photo : DR – Fabrice Hyber

À l’occasion d’Utopia, Lasécu accueille Fabrice Hyber. Parfois qualifié d’artiste « hyperconceptuel », Fabrice Hyber est d’abord un expérimentateur ludique. À travers ses peintures « homéopathiques », il joue avec les mots, les nuanciers et les matières organiques. Il conçoit souvent ses toiles comme une sorte de « story-board » où il colle des notes, des esquisses, des annotations et des dessins. Depuis toujours, l’univers organique, les plantes et les arbres le fascinent.

Vingt ans après s’être vu décerner le Lion d’Or à la Biennale de Venise, « l’arpenteur d’hypothèses »a été élu en 2018 à l’Académie des Beaux-Arts. Il sera présent également dans l’exposition Les Vivants au Tripostal (voir ci dessus).

Bault – Lasécu, Lille – 10 septembre au 29 octobre 2022

Crédit photo : DR

Dans l’univers fantasque de l’artiste Bault, les monstres séduisent, les bêtes se métamorphosent et les couleurs éclatent. Plongée dans un imaginaire foisonnant, l’artiste se revendique comme « un faiseur d’images ». Inspiré par de multiples influences comme les arts urbains, l’art brut, beaucoup de scènes animales viennent de scènes d’actualité. Son travail est toujours très instinctif et reste dans un mode de représentation brut. Ainsi, l’artiste joue avec différents supports et techniques, qui l’inscrivent dans une démarche reconnaissable et singulière.

Cabane sur l’Île – WAAO/Bazaar St-So & dans la ville, Lille

Crédit photo : DR

Et si la nature pouvait renaître au cœur de nos villes ? Le parcours Cabane sur l’île est une invitation à reconsidérer la place de l’utopie et du vivant dans les territoires urbains. Plusieurs cabanes imaginées par des jeunes équipes d’architectes et de paysagistes seront installées le long des Caps, des parcours de déambulation.

Chaque cabane, dans sa singularité propre, portera en elle une utopie, une idée, une ambition pour habiter autrement nos villes. Ces architectures éphémères ont vocation à déclencher un questionnement sur notre rapport à la nature et au vivant dans la ville et notre capacité à prendre soin du territoire autour d’un objet commun : la cabane. Comment l’imaginaire de la cabane peut être un levier pour penser nos territoires et participer à la reconsidération de la biodiversité ? Quel rapport au vivant se joue ? Comment s’approprier ces espaces à des fins collectives ?

Autour de ces cabanes, une programmation et des ateliers de sensibilisation pour les adultes et les enfants permettra à chacun de s’approprier ces micro-espaces et d’en imaginer de nouveaux, porteurs de nouvelles manière de concevoir, plus respectueuses de notre environnement, adaptées aux usages et imaginaires de chacun.

Un projet porté par le WAAO – centre d’architecture et d’urbanisme, en partenariat avec lille3000, la Ville de Lille et le Festival des Cabanes d’Annecy.

TVK, La Terre est une architecture, Lille

Crédit photo : © Laurian Ghinitoiu photographie – Simulation novembre 2021 – Peter De Cupere TVK, La Terre est une architecture, 2021


La Terre a été plate, puis ronde. Maintenant, la Terre est une architecture.

L’architecture est la forme qui sans cesse émerge du corps à corps des vivants avec les matières terrestres. L’architecture est une Terre.

La Terre tremble, craque, s’effondre, éructe, tempête, tourbillonne, son épiderme transpire ou se dessèche, s’échauffe ou refroidit, grouille ou se dépeuple.

Face aux humeurs incessantes de leur environnement, les êtres vivants n’ont d’autre choix que d’aménager leurs mondes. Tous développent des techniques pour pallier leur inadéquation et réussir à habiter le ciel, les terres et les mers. Inlassablement, ils ingèrent, altèrent, transmutent, déplacent ou organisent les particules élémentaires de l’univers. Ce faisant, la foule des vivants s’entremêle et construit la Terre.

Céramiques urbaines, Frédérik Gautier  – Couvert des Dominicains, Lille – 07 mai au 26 juin 2022

A l’invitation du Fil Rouge, association roubaisienne de promotion de la céramique contemporaine, Frédérick Gautier a réalisé une résidence de création au Couvent des Dominicains construit par l’architecte Pierre Pinsard, dans un parc d’arbres centenaires de deux hectares, ce bâtiment est un laboratoire du brutalisme et du design des années 50.

Trois expositions à Lille et Roubaix du 07 mai au 26 juin 2022 : 37.2 Assises / nouvelles briques au Couvent des Dominicains à Lille : 100 œuvres créées in situ : tabourets en béton ; théières et calices en brique et films et photos des 10 résidences entre ville et nature ; Outils pour se nourrir au Fil Rouge / Galerie Q.S.P. à Roubaix : 100 objets issus des résidences et Système vase au musée La Piscine à Roubaix, 20 vases emboitables et un claustra.

Crédit photo : © FCK Frederick Gautie – Nouvelles briques, Couvent des Dominicains, Lille – assise béton, théières et tasses avec les Frères Dominicains

Prendre Forêt, Voyage immobile au creux de la forêt – Couvert des Dominicains, Lille – 20 mai au 19 juin 2022

Exposition et lecture dessinée créées et proposées par l’association et maison d’édition Rodéo d’âme.

Œuvres et carnets de voyage de Sophie Bataille, dessinatrice-carnetiste et voyageuse au fil des épigrammes de Claire Audhuy, autrice de poésie et de théâtre documentaire.

Avec Prendre Forêt, inspiré par une vie d’ermitage dans les Vosges, tout un chacun est invité à vivre une expérience sylvestre, le temps d’une exposition et d’une lecture dessinée, dans le parc du couvent des dominicains de Lille créé par Émile Vandenbergh en 1860.

Tout au long de l’exposition, les épigrammes de Claire Audhuy et les œuvres de Sophie Bataille dialoguent avec la précieuse série des « Ermites » dessinée et gravée à Anvers par Martin de Vos (1532-1603), Adrien Collaert (1560-1618) et Raphaël Sadeler (1560-1632).

Dans l’Occident d’autrefois, « le désert est une forêt » où l’homme, dans une quête spirituelle et mystique, apprivoise son être et ses peurs. Aujourd’hui, il s’y accomplit de multiples métamorphoses qui conduisent tout un chacun aux confins d’une réalité originaire.

MuMo, Musée Mobile – Lille & Métropole Européenne de Lille – mai à août 2022

Crédit photo : © Philippe Piron – MuMo


Le Musée Mobile sera de retour dans la Métropole Européenne de Lille ! En collaboration avec le Frac (Fonds Régional d’Art Contemporain) Grand Large – Hauts-de-France, le Frac Picardie – Hauts-de-France et le Centre national des arts plastiques, il présentera une exposition autour de l’utopie (exposition curatée par le MuMo et l’artiste Grant Levy-Lucero). Après The God Of Honey (« Le Dieu du Miel ») qui trônait aux côtés du Musée Mobile en 2019, une nouvelle œuvre gonflable sera réalisée pour l’occasion. Pendant 100 jours, les médiateurs du MuMo accueilleront petits et grands pour des activités gratuites : visites, ateliers de pratique artistique et expositions de restitution.

67 communes souhaitent accueillir le MuMo pour Utopia, pour un total de 100 dates à Lille et dans la
métropole :
Lille,
Lomme, Hellemmes, Allennes-les-Marais, Annoeullin, Armentières, Aubers, Bauvin, Bondues, Bouvines, Capinghem, Carnin, Croix, Deûlémont, Don, Englos, Erquinghem-le-Sec, Erquinghem-Lys, Faches-Thumesnil, Frelinghien, Fretin, Fournes-en-Weppes, Fromelles, Halluin, Hantay, Haubourdin, Hem, Herlies, Houplines, Houplin-Ancoisne, Illies, La Bassée, La Chapelle d’Armentières, La Madeleine, Lambersart, Lannoy, Leers, Le Maisnil, Lesquin, Lezennes, Linselles, Lompret, Loos, Lys-lez-Lannoy, Marcq-en-Baroeul, Marquette-lez-Lille, Mons-en-Baroeul, Mouvaux, Prémesques, Quesnoy-sur-Deûle, Radinghem-en-Weppes, Ronchin, Roncq, Roubaix, Saint-André-lez-Lille, Santes, Seclin, Sequedin, Tourcoing, Toufflers, Verlinghem, Villeneuve d’Ascq, Wambrechies, Warneton, Wasquehal, Wattrelos, Wervicq-Sud.

Le Planétarium itinérant : Regarde vers le ciel – Lille & Métropole Européenne de Lille – 19 mai au 30 septembre 2022

Crédit photo : DR  – Planétarium itinérant du Forum départemental des Sciences

Comme pour Eldorado en 2019, le Planétarium itinérant du Forum départemental des Sciences sera de retour au plus près des enfants de la métropole. Dans le cadre de leur saison culturelle 2021-2022, l’équipe du Forum Départemental des Sciences de Villeneuve d’Ascq propose une séance intitulée Regarde vers le ciel, une exposition sur la thématique de la pollution lumineuse, et met ainsi en avant l’évolution des lumières du ciel, en lien avec les mutations de nos sociétés.

46 communes souhaitent accueillir le Planétarium itinérant pour Utopia : Allennes-les-Marais, Armentières, Annoeullin, Aubers, Beaucamps-Ligny, Bois-Grenier, Bousbecque, Carnin, Comines, Croix, Deulémont, Don, Emmerin, Erquinghem-le-Sec, Erquinghem-Lys, Escobecques, Fournes-en-Weppes, Frelinghien, Fretin, Fromelles, Hallennes-lez-Haubourdin, Haubourdin, Hellemmes, Houplin-Ancoinse, Houplines, La Bassée, La Chapelle d’Armentières, Lambersart, Lannoy, Le Maisnil, Lille, Linselles, Marcq-en-Baroeul, Marquillies, Mons-en-Baroeul, Noyelles-lès-Seclin, Premesques, Ronchin, Sainghin-en-Weppes, Sequedin, Templemars, Toufflers, Tourcoing, Vendeville, Wasquehal et Wervicq-Sud.

Site internet de lille3000

Découvrez nos articles sur UTOPIA

Source : lille3000 – Photos : DR – © lille3000

A propos de Damien

A lire également !

Lille Neige aura lieu du 05 février au 06 mars 2022

Cette année, Lille Neige aura lieu du samedi 05 février au dimanche 06 mars 2022 …

Un commentaire

  1. Merci pour cet article. J’espère que ce ne sera pas annulé avec le covid 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.