lundi , 21 août 2017
Accueil » Découvrir Lille » Citadelle Vauban » Citadelle Vauban
Citadelle Vauban - Vue aérienne

Citadelle Vauban

 

La Guerre de Dévolution
A la art_citadelle02mort de Philippe IV d’Espagne (décédé le 17 septembre 1665), Louis XIV réclame les territoires de Flandre en héritage, au nom de son épouse l’infante Marie-Thérèse. Face au refus espagnol de céder les provinces du Nord, Louis XIV lève une armée de 50 000 hommes. C’est la Guerre de Dévolution. Le roi s’attaque aux territoires du Nord, les troupes françaises progressent rapidement : après Tournai, Douai, Lille capitule le 27 août 1667, au terme de 9 jours de siège. Le traité d’Aix-la-Chapelle signé le 2 mai 1668 confirme le rattachement de Lille et de la Flandre wallonne au Royaume de France.

 

Pourquoi construire la Citadelle ?
Citadelle VaubanLouis XIV souhaite alors défendre cette nouvelle frontière. Ingénieur du roi depuis 1655, Vauban séduit Louis XIV et Louvois (secrétaire d’Etat de la Guerre) grâce à un plan à 5 bastions qui occulte le projet d’une citadelle à 4 branches de l’ingénieur Nicolas de Clerville. Vauban en conserve toutefois l’emplacement, une zone marécageuse au nord-ouest de la ville, irriguée par les rivières de la Deûle et du Bucquet. Ce terrain plutôt hostile participe à la défense du site par un système d’inondations des abords de la place forte. En effet lorsque l’on inonde le pied des remparts, le travail de sape (creusement de galerie à la base des remparts pour y placer des mines) n’est plus possible. Après avoir dirigé plusieurs sièges avec succès, il met à profit son expérience de preneur de place pour dessiner celle qu’il désigne comme la « Reine des Citadelles ».

 Plaque CitadelleCette Citadelle en étoile (pentagone) permet de voir sous tous les angles (pas d’angles morts). Le tout est entouré de fossés remplis d’eau et plantés de 20 000 pieux pour qu’aucune embarcation ne puisse y naviguer, et de lignes de défense. Cette Citadelle permet de défendre Lille, à l’époque grande ville commerçante, et d’être une base importante pour les troupes face à la Hollande. Une première en France, la Citadelle permet de loger sur place les troupes dans des casernesLille fera partie d’une double ligne de places fortes délimitant le fameux « Pré Carré » conçu par Vauban et encadré de 28 villes fortifiées défendant la frontière des Pays-Bas espagnols.

 

Le chantier de la Citadelle
art_citadelle28Dès décembre 1667, les travaux de terrassement commencent sous la direction de Vauban, assisté du maitre-maçon lillois Simon Vollant (on lui doit aussi la Porte de Paris). A peine 3 ans plus tard, la Citadelle est presque achevée et accueille sa première garnison. Pour mener son projet à bien, Vauban a réquisitionné main-d’œuvre et matériaux : jusqu’à 2 000 hommes (paysans et ouvriers réquisitionnés)  travailleront à la mise en œuvre des 60 millions de briques (matériau qu’on ne retrouve dans aucun ouvrage de Vauban), 3,3 millions de parpaings et 60 000 pieds de grès nécessaires à la construction. Afin de faciliter leur acheminement et réduire les coûts de transport, un canal a été creusé, de la Haute-Deûle jusqu’à la citadelle. La Citadelle de Lille est le premier grand ouvrage fortifié de Vauban, alors âgé de 34 ans.

Anecdotes : On détruira 2 châteaux ainsi qu’une partie de l’abbaye de Loos, devenue la prison de Lille, pour en prendre les briques et les pierres.

 

Fortifications bastionnées
CanonVauban reprend le principe de la fortification bastionnée, développée au XVIème siècle par les ingénieurs italiens. Il s’agit d’une fortification rase, n’offrant plus de murs élevés car les progrès de l’artillerie sont tels que les boulets de canons ont augmenté leur puissance et leur portée. Il s’agit donc d’éloigner les canons de la fortification, d’où cette accumulation et cette augmentations d’éléments défensifs que sont justement les demi-lunes et les contregardes. Pour absorber le choc du boulet métallique, 20 mètres de terre sont disposés derrière un parement de pierre et de brique. Les tours perdent leur toit et se transforment en bastions, vastes plates-formes pour les canons. L’espace entre deux bastions est une courtine. Chaque courtine est percée d’une ouverture : petite et discrète, ouverte qu’en temps de guerre : les poternes; ou bien grandes et ouvragées : la Porte Royale donnant sur la ville; la Porte Dauphine, ou porte de secours, donnant sur la campagne (aujourd’hui Lambersart).

art_citadelle29Chaque courtine est protégée par une demi-lune, fortification en forme de triangle. La Citadelle et les demi-lunes ont été construites ensemble, à l’origine. Avec le temps, les ingénieurs militaires ont apporté des améliorations : les contregardes ont été construites entre 1730 et 1750 pour protéger les bastions. En ingénieur avisé, Vauban sait toutefois qu’aucune place n’est imprenable. En multipliant les obstacles, il espère ralentir l’avancée de l’ennemi, permettant ainsi au défenseur de se réorganiser ou de compter sur l’intervention de troupes de secours.

 

Le bastion d’Anjou
Aujourd’hui soute à munitions, est l’un des bastions les plus importants de la Citadelle. Il est muni d’un « cavalier » (observatoire surélevé pour les artilleurs). Les trois grandes galeries parallèles abritent encore deux fours construits au XVIIIe siècle.

En plus : la circonvolution de la Citadelle fait 2 200 mètres.

Plan de la Citadelle(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

 

A l’intérieur de la Citadelle
Copyright : CaserneA l’écart de la ville nouvellement conquise, la Citadelle exerce une surveillance constante sur ses habitants, sans pour autant leur faire supporter la charge de l’hébergement des soldats, comme le prévoyait l’acte de capitulation de la ville. A l’intérieur, les casernes forment un double rang autour de la place d’armes pentagonale 12 bâtiments de « style lillois » destinés au logement des troupes. Chaque bâtiment se termine par un pavillon qui était réservé au logement des officiers, les combles servant à abriter les domestiques des officiers.

En plus Copyright : Bâtimentdes logements destinés aux soldats, à l’état-major et au gouverneur, des poudrières, des prisons et un arsenal complètent le dispositif militaire. A celui-ci s’ajoutent une chapelle, des magasins pour les vivres, un barbier, une boulangerie et un moulin dont la roue était entraînée par un canal souterrain. Forte d’une garnison d’un millier d’hommes, la Citadelle se révèle une véritable ville, avec sa place et ses rues. C’est là le sens même du mot « Citadelle » (de cittadella, « petite cité » en italien).

 
Copyright : Charpente de la Chapelle

Tous les bâtiments, y compris les portes et l’hôtel du gouverneur, dont le plus illustre après Vauban fut un certain d’Artagnan, capitaine des mousquetaires, présentent des architectures mêlant le classique français et le style lillois d’inspiration espagnole, avec tympans aux frontons des portes ornés de symboles royaux, niche centrale, pilastres corinthiens, et même des volutes. La chapelle, qui est le premier édifice de style jésuite construit à Lille, possède une magnifique voûte de bois.

 

 

La Citadelle et l’agrandissement de Lille
Agrandissement de LilleLa Citadelle achevée, Vauban s’attelle à l’agrandissement de Lille vers le nord-est, augmentant d’un tiers la superficie de la ville qui compte alors 50 000 habitants. Vauban modernise l’ancienne enceinte de la période espagnole, augmentée notamment d’ouvrages à cornes à l’est et du bastion du Réduit (1671-1674) au sud. En 1717, la Grand’Garde établie sur la Grand’Place vient compléter ce dispositif, réaffirmant la présence du roi au cœur de la cité. Un nouveau quartier s’élève, séparé de la Citadelle par l’espace découvert de l’Esplanade. Simon Vollant a la charge de tracer les nouvelles rues, sur un mode bien différent de celui du Vieux Lille : 2 grands axes structurants (rue Royale et rue Saint- André) sont coupés à angle droit par des rues transversales et dessinent une trame urbaine régulière. De grandes parcelles permettent d’élever de riches demeures entre cour et jardin.

 

Le siège de 1708
Accès vers Porte DauphineEn pleine Guerre de Succession d’Espagne. Le 13 août 1708, 45 000 soldats anglais, hollandais et autrichiens prennent position autour de Lille, défendue par 9 000 hommes. Après 62 jours de combat, les Alliés investissent la ville tandis que le Maréchal de Boufflers se retranche dans la Citadelle le 25 octobre avec le reste de la garnison de Lille (4500 hommes). Le siège de la Citadelle va durer 41 jours, durant lesquels ses défenseurs vont livrer un combat acharné. Le 8 décembre, Boufflers fait hisser le drapeau blanc sur le bastion du Roi, après que Louis XIV lui ait demandé de négocier la capitulation. Les défenseurs abandonnent la Citadelle le 11 décembre, franchissant la Porte Dauphine avec les honneurs de la guerre. L’effort ne fut pas vain, portant un coup d’arrêt à la campagne des Alliés. Pendant 5 ans, Lille va vivre sous occupation hollandaise, au terme d’un affrontement qui aura finalement renforcé le sentiment d’unité nationale.

 

Quelques modifications de la Citadelle
Porte Royale + PontDu début du XVIIIème siècle jusque 1830, les défenses de la Citadelle sont renforcées par l’ajout de 7 lunettes et de 5 contregardes et par la modification des glacis. Au XVIIIème siècle, d’autres travaux sont entrepris : plus faciles à entretenir, les ardoises remplacent les tuiles flamandes des toitures ; le grand fossé de 40 mètres de large et 4 mètres de profondeur est progressivement comblé ; un pont en pierres est construit en lieu et place du pont-levis de la Porte Royale. Abandonné depuis 1796, l’hôtel du gouverneur est démoli en 1817, puis reconstruit en 1955 dans un style classique. Cette dernière reprise inaugure une série d’interventions visant à moderniser les bâtiments de la Citadelle, restaurés, modifiés ou reconstruits pour s’adapter aux besoins de l’armée.

 

Quelques dates importantes

43ème Régiment d'Infanterie

 

De 1871 à 2007 : elle abrite le 43ème Régiment d’Infanterie.

 

 

 

1919 : déclassement des fortifications de Lille après des années de tractations. Entre-deux-guerres, le démantèlement de l’enceinte urbaine libère 368 hectares de terrain aux portes de la ville, tandis que la Citadelle demeure un site militaire.

Monument historique

 

1934 : Classé Monument Historique.

 

 

1960 : les ouvrages extérieurs sont cédés à la ville.

Entrée du Quartier Général du Corps de Réaction Rapide France

 

Depuis le 1er juillet 2005 : elle abrite le Quartier Général du Corps de Réaction Rapide-France (QG CRR-FR).

 

 

En plus
Septentrion

SeptentrionLa Citadelle de Lille fait partie du Projet Septentrion. Ce projet est né de la volonté de 19 villes fortifiées de 3 pays d’Europe du nord-ouest de partager leurs expériences et compétences en matière d’aménagement urbain, de protection et de valorisation de leur patrimoine naturel et culturel, de sensibilisation et d’implication des habitants dans l’histoire et le devenir de leur ville.

Ce projet de coopération transnationale est financé par le programme Interreg IIIB Europe du Nord-Ouest (15 millions € dont 8,3 millions € de fonds FEDER), piloté par le Département du Nord et animé par 2 associations et 1 centre de recherche.

Gravelines

Les villes participant à Septentrion :

Belgique : Bruxelles, Charleroi, Ypres et Lanaken

France : Aire-sur-la-Lys, Bergues, Bouchain, Cambrai, Condé-sur-Escaut, Gravelines, Landrecies, Le Quesnoy, Lille, Maubeuge, Montreuil-sur-Mer, Saint-Omer et Watten

Hollande : Maastricht et ’s-Hertogenbosch.

 

 

PARC DE LA CITADELLE
Parc de la CitadelleAprès l’agrandissement de Lille en 1858, une partie des fortifications avancées de la Citadelle se retrouve à l’intérieur de la nouvelle enceinte. Cette zone fait alors l’objet d’un aménagement à caractère récréatif et devient le Jardin de la Citadelle, face au Jardin de l’Impératrice aujourd’hui Jardin Vauban. Rapidement, les lillois rebaptisent ce jardin en « Bois de Boulogne » en référence au célèbre bois parisien. Auparavant terrain militaire constitué de talus, de fossés, de glacis et de chemins couverts. Aucun arbre n’y était toléré pour ne pas entraver la vision des défenseurs, sauf sur le haut des remparts de la Citadelle elle-même. Ces Parc de la Citadelle 02alignements d’arbres servaient à masquer la fumée (et donc l’emplacement) des canons, et constituaient également une réserve de bois de chauffage et de menuiserie pour réparer les affûts de canons. Enfin, en cas de brèche dans le rempart, les arbres étaient abattus et précipités dedans pour gêner la progression des assaillants. Vers 1880, l’ensemble des fortifications est transformé en parc et devient le Bois de la Deûle. Le site demeurant militaire, les aménagements se limitent à la plantation d’arbres, à la création de chemins et d’allées et à l’implantation de bancs. Après la Seconde Guerre mondiale, un premier jardin d’enfant est créé à l’entrée du bois (1950), avant l’installation d’un parc aux bêtes (1954).

 

De nos jours …
Rhinocéros au Zoo de LilleLe Parc de la Citadelle forme le plus grand espace vert de la ville de Lille. Sa superficie est de 70 hectares autour des remparts de la Citadelle Vauban et le long du canal de la Deûle. Ce lieu de promenade est très prisé des joggeurs. A l’entrée principale du parc (avenue Mathias Delobel), le Zoo de Lille présente près de 400 animaux de 80 espèces différentes. Juste à côté du Zoo se trouve un Parc d’Attraction (« Les Poussins ») permanent pour les plus jeunes.

 (re)découvrez notre page sur les Parcs et Jardins
 (re)découvrez notre reportage sur le Zoo

 

Gros travaux pour les Fortifications et le Parc de la Citadelle
1) Fortifications

Travaux Contregarde du Roy

Les travaux de restauration des remparts ont commencés en juin 2010. La Contregarde du Roy est la première à être restaurée entièrement. La dernière campagne de restauration datant de 1830.

 

 

Un peu d’histoire sur la Contregarde du Roy
La Contregarde n°157 dite « Le Roy » est l’un des cinq ouvrages réalisés par l’ingénieur Gittard pour renforcer le dispositif de défense de la Citadelle au droit de l’ancien chemin couvert de Vauban. Elle est la dernière construite, de 1747 à 1750 pour couvrir le bastion n°3 du Roy, face à l’Esplanade. Les ingénieurs de Louis-Philippe l’ont ensuite renforcé en 1833 pour s’adapter aux progrès de l’artillerie.

Canal Vauban

La restauration décidée par la Ville de Lille comprend à la fois la restitution des dispositions historiques d’origine, concernant notamment le retranchement droit mais aussi la préservation de la flore et de la faune qui s’y sont développées. Le canal Vauban (voir image ci-contre) qui court sous son retranchement gauche sera dégagé et les fossés en partie remis en eau.

 

 

Les autres éléments qui seront ensuite restaurés seront :
Mur de Communication le Mur de Communication qui reliait autrefois les remparts de la Citadelle à ceux de la ville,
 le Réduit du Grand Carré, petite fortification entourée d’eau, située le long de l’avenue du Petit Paradis,
 les autres Contregardes et les Demi-Lunes.

Les travaux vont durer plusieurs dizaines d’années. Ils seront financés par la Ville de Lille, avec l’aide du Département du Nord.

 

2) Parc de la Citadelle
De nombreux travaux sont également prévus pour le Parc de la Citadelle :
 Stade Grimonprez Jooris avant sa déconstructiondéconstruction du stade Grimonprez Jooris afin d’y installer une plaine de sports et de loisirs,
 agrandissement du Zoo de 3,5 à 8 hectares (travaux repoussés),
 parking du Champs de Mars repensé en deux parties,
 l’avenue du 43ème RI sera rénovée,
 réaménagement d’une place devant le Monument aux Pigeons,
 création de nouveaux ponts et passerelles amenant au Parc.

 

Galerie Photos

  Citadelle Vauban  Parc de la Citadelle  Citadelle sous la neige
Citadelle VaubanParc de la CitadelleCitadelle sous la neige
  Zoo de Lille  Coulisses du Zoo

cliquez sur l’image pour

accéder à la rubrique

choisie

Zoo de LilleCoulisses du Zoo

 

Un grand merci à la Ville de Lille pour ses renseignements et ses documents complémentaires.

Sources :Ville de Lille / Chemin de Mémoire / Lille Empire /Les Echos / Ministère de la Défense – SGA – Photos : © SCIM – Ville de Lille / © Musée des Beaux-Arts de Dijon / © Septentrion / © LMCU / © Zoom sur Lille

A propos de Damien

A lire également !

Entrée du Quartier Général du Corps de Réaction Rapide France

Quartier Général du Corps de Réaction Rapide France

Le Quartier Général du Corps de Réaction Rapide France (QG CRR-FR) est un état-major qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *