mardi , 9 mars 2021
Accueil » Actualités » Cinq régions, SNCF Voyageurs et Bombardier Transport lancent l’expérimentation des TER à batteries

Cinq régions, SNCF Voyageurs et Bombardier Transport lancent l’expérimentation des TER à batteries

Les Régions Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Nouvelle Aquitaine, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur, SNCF Voyageurs et Bombardier Transport lancent l’expérimentation des TER à batteries afin de contribuer à diminuer les émissions de carbone du transport ferroviaire français. Il s’agit de remplacer par des batteries les moteurs diesel de 5 rames AGC bi-mode, pour une mise en service en 2023.

Ce projet ambitieux représente un investissement total de plus de 38 millions d’euros. Les Régions Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Nouvelle Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur apportent 5,4 millions d’euros chacune, SNCF 6 millions d’euros et Bombardier 5,5 millions d’euros. La modification de la première des cinq rames sera engagée dès fin 2021 sur le site de Bombardier Transport à Crespin (Hauts-de-France). Ce projet pilote a également pour objectif de réaliser en 2022 la campagne d’essais de validation qui permettra d’obtenir ensuite l’autorisation de mise sur le marché, préalable nécessaire pour permettre la mise en service de ce nouveau type de train en France dès 2023. Un AGC à batteries sera exploité dans chacune des régions partenaires. Leur circulation est ainsi envisagée sur les lignes Lyon <> Bourg-en-Bresse, Abancourt <> Beauvais <> Creil, Bordeaux <> Mont de Marsan, Bordeaux <> Le Verdon , Bordeaux <> Saint Mariens, Nîmes <> Le Grau du Roi et Marseille <> Aix.

 

Remplacement des moteurs diesel par des batteries
Le projet AGC à batterie est un des projets en cours qui propose une transformation « verte » de trains existants sans infrastructure ferroviaire supplémentaire. Cette transformation consiste à remplacer les 2 moteurs diesel par des batteries qui sont rechargée quand le matériel se situe sous une section électrifiée ou quand le train freine, ce qui permet de réduire son empreinte environnementale. L’utilisation de la batterie pour compléter l’énergie de la caténaire pendant l’accélération améliore également la robustesse de l’exploitation. L’autonomie en mode batterie sera d’au moins 80 kilomètres et une réserve d’énergie permettre de palier des aléas d’exploitation. La durée de vie des batteries au lithium est garantie à 10 ans.

Ce projet fait partie d’un bouquet de solutions qui permettront, à terme, de sortir du diesel les lignes non électrifiées du réseau. Cette expérimentation doit permettre de définir les conditions de réussite d’un déploiement ultérieur plus important.

Ce projet fait partie du grand plan de baisse des émissions de carbone de TER, « PLANETER », engagé par SNCF Voyageurs. Cette démarche de réduction de l’impact environnemental des mobilités régionales est fondée sur la conviction qu’avec plus de TER, il y aura beaucoup moins d’émissions de Co2. Le volet matériel roulant est un des axes de travail de ce plan, dans lequel le projet AGC à batteries s’inscrit pleinement.

Bombardier, par ses activités d’innovation technologique et ses partenariats stratégiques, à l’ambition d’offrir des solutions encore plus performantes dans un avenir proche (encore plus d’autonomie, une recharge plus rapide, encore plus de capacité embarquée,…), et d’accélérer ainsi la réduction de l’empreinte écologique du transport ferroviaire.

 

Christophe Fanichet, Président Directeur Général de SNCF Voyageurs
« Les TER diesel représentent encore un quart des 2 255 trains du parc TER, le TER à batteries est une solution zéro émission. Avec d’autres innovations que nous portons aux côtés des régions et des industriels (hydrogène, hybride, biocarburants, biogaz), il va contribuer de façon décisive à réussir la sortie du diesel. »

 

Laurent Bouyer, Président de Bombardier Transport, France et Benelux
« Ces trains AGC ont encore de belles années devant eux (20 ans en moyenne après l’entretien à mi-vie). 50% du parc ferroviaire diesel en France est constitué de trains AGC que nous avons construits sur notre site de Crespin dans les Hauts-de-France, au début des années 2000. Ce projet permet non seulement de moderniser et de verdir des trains existants, il offre également une alternative avantageuse à l’électrification de l’ensemble du réseau national ferré. Mais l’avantage peut-être le plus important de ce projet, c’est qu’il offre une solution simple et peu coûteuse pour éliminer les trains diesel d’ici 2035. »

 

Xavier Bertrand, Président de la Région Hauts-de-France
« Avec 46 rames régionales potentiellement concernées à terme par le TER à batteries, les retombées de l’expérimentation permettront non seulement d’améliorer l’empreinte environnementale de nos trains mais aussi de conforter le savoir-faire de notre industrie régionale. »

Source : SNCF – Photo : © Zoom Sur Lille

 

A propos de Damien

A lire également !

D’où proviennent les énormes blocs de pierre du parc de la Citadelle de Lille ?

Durant ces vacances d’hiver, Zoom Sur Lille vous propose de découvrir une anecdote concernant les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.