mercredi , 20 juin 2018
Accueil » Découvrir Lille » Nos Reportages » Entretien avec Thierry Fééry

Entretien avec Thierry Fééry

Thierry Fééry

A l’occasion de la 23ème édition de la Grande Fête Lilloise du Cirque, l’équipe de Zoom Sur Lille a rencontré Thierry Fééry, présentateur et producteur de nombreux spectacles et événements (dont la Grande Fête Lilloise du Cirque ou Féeries sur glace), directeur du théâtre Sébastopol de 1997 à 2006…

Faisons un tour d’horizon avec le Monsieur Loyal pour nous parler du cirque, de ses projets, de sa radio et du prestige palace !

 « J’aime la perfection, je ne suis jamais satisfait, je recherche toujours à faire encore mieux »

Pouvez-vous nous raconter l’historique de la grande fête lilloise du cirque ?

Thierry Fééry : La grande fête lilloise a débuté il y a 23 ans, succédant au cirque de la Voix du Nord. Celle-ci a décidé de l’arrêter, je leur ai succédé mais un changement intervenait : les places devenaient payantes… La première année, nous avons joué un week-end, la deuxième année deux week-ends. C’est devenu réellement avec le temps, une véritable fête familiale. Je tiens absolument au contexte familial, que les gens se sentent bien, que règne une atmosphère de convivialité et tous ses ingrédients permettent d’attirer le public. Cette année, nous allons dépasser pour la première année les 85 000 spectateurs, on parle de crise… Mais nous jouons régulièrement à guichet fermé. Nous avons beaucoup de chance. C’est aussi grâce à mon travail acharné et ma volonté de faire un spectacle de grande qualité, afin que les gens ne soient jamais déçu, « c’est ça le nerf de la guerre ! ».

 

A l’époque, le cirque de La Voix Du Nord, puis la Grande Fête Lilloise du Cirque au palais rameau et depuis plusieurs années sous chapiteau au Champs de Mars… Pourquoi ce changement ?

Le palais rameau est une salle qui appartient à la ville de Lille et n’était plus aux normes de sécurité, elle ne permettait plus d’accueillir des spectacles avec du public. Nous avons été contraints de faire notre grande fête sous chapiteau. Cela nous a permis d’évoluer pour les gens adeptes du cirque une fois par an, d’aller sous un vrai chapiteau, sous une vraie toile avec une véritable odeur de cirque. Le palais rameau avait son charme mais la toile fait encore plus… Cirque !

 

Vous êtes le producteur et présentateur du spectacle…Cirque 2009

Oui je cumule ces 2 fonctions mais je tiens à présenter le spectacle, cela me permet de transmettre l’énergie que j’ai envie de lui transmettre et le rythme que je veux lui donner. Le rythme, l’énergie, l’ambiance auxquels je tiens beaucoup ne peut être donnés que par celui qui est l’animateur,  « le Monsieur Loyal fait prendre la mayonnaise ». J’aime faire la présentation parce que je suis sur du résultat auquel je veux parvenir.

 

23 ans… Toujours la même motivation ?

Toujours la même motivation ! A chaque représentation, la même motivation ! Vous savez, quand on a la chance de faire ce métier, d’abord parce que je suis producteur et présentateur de ce spectacle, jouer à guichet fermé, d’avoir près de 2 500 personnes à chaque représentation, on est obligé d’être motivé sinon ce ne serait pas sérieux ! Chaque fois que je rentre en piste, c’est un nouveau challenge, une nouvelle représentation, de nouveaux spectateurs, il faut leur donner 100% de notre énergie.

 

Avez-vous un remplaçant ou un « deuxième » Monsieur Loyal ?

Non, je n’ai pas de remplaçant, c’est un métier ou on donne comptant, il y’a quelque jours, j’avais une extinction de voix mais il faut être présent… Il met arrivé d’avoir 40 de fièvre mais il faut être la ! On fait un métier qui est extraordinaire ou l’énergie et la passion nous donne l’envie d’être sur la piste.

 

Concernant l’organisation de la Grande Fête Lilloise du Cirque, comment faites vous pour rechercher les numéros ?

Thierry fééry Pour trouver les numéros, c’est beaucoup de déplacement, je vais en Chine une fois par an, à Moscou deux fois par an, je travaille avec d’autre cirque et avec le ministère de la culture à Pékin. On a beaucoup de synergie à mettre en commun de façon à essayer de trouver les numéros les plus intéressants tout en se renouvelant. Le cirque évolue et ce que je veux prouver, dans les numéros vous avez vu on associe l’acrobatie à la dance classique, le numéro de bike / VTT prouve qu’il y’a une évolution du cirque. On n’est pas seulement aux tartes à la crème des clowns un peu dépassé ! C’est ce que je veux prouver dans un programme de tradition.

 

Quelle est la durée de préparation pour ce spectacle ?

C’est très difficile à dire car je ne quantifie pas. Quand j’ai l’opportunité de me rendre dans un festival, j’y vais, je fais beaucoup de kilomètres dans l’année. Ce sont les petites opportunités mais il arrive que je fasse des milliers de kilomètres pour ne rien trouver ou rien qui pourrait m’intéresser pour mon spectacle mais ce n’est pas grave ! L’essentiel est de le réussir. Quand on entend les applaudissements du public comme ce soir, on se dit que les kilomètres que l’on a pu faire même de nuit, on les a oubliés complètement parce que le résultat est là.

 

Vous avez une équipe avec vous pour vous aider ?

J’ai une très petite équipe, j’ai une assistance formidable, une équipe de collaborateurs et techniciens, on est très peu. Quand le chapiteau est monté, il y a beaucoup de monde qui y travaille pour le faire fonctionner. Pour la préparation, j’ai mon assistante pour la partie administrative et moi-même pour le spectacle, on n’a pas besoin d’être 3000 !

 

Quelles sont vos prochains événements  ?

Je prépare un spectacle sur Glace « Fééries sur glace » [NDLR : Au Champs de Mars du 28 Novembre au 21 décembre 2009], qui mélange les attractions du cirque avec des ballets sur glace dans le cadre des fêtes de Noël, c’est un autre contexte plus destiné aux enfants. C’est complètement différent avec des choses nouvelles, l’environnement sur glace, c’est plus romantique, on est moins dans le cirque.

 

Thierry Fééry, c’est aussi une radio ?

Oui je suis patron d’une radio dans le Pas-de-Calais qui s’appelle RDL, j radio RDLe fais de la radio tous les matins. J’ai toujours été passionné depuis très longtemps pour faire de la radio et avoir le contact avec le public. J’y anime un magazine qui s’appelle « Entre Nous » avec des invités.

C’est une radio qui n’émet malheureusement que dans le Pas-de-Calais et une partie du Nord. A mon grand regret, nous n’émettons pas sur Lille, peut-être y arriverons nous un jour… RDL s’adresse au plus de 50 ans, une radio sénior avec plus de 17% de part de marché.

 

Avez-vous des projets ?

J’ai toujours des projets, je viens d’ouvrir un cabaret à Lille il y’a 1 an, qui commence à bien fonctionner avec un spectacle de ballet. Le monde du spectacle, je suis tombé dedans quand j’étais petit donc c’est quelque chose que j’aime, c’est une passion. D’ailleurs, c’est un métier qu’on peut faire que par passion ! Je suis également producteur d’Annie Cordy et de Marcel Amont. Cela ne s’arrête jamais, c’est le plaisir de la vie !

 

Parlons du Prestige Palace… Pouvez-vous nous dire quelques mots ?

Presque un an après l’ouverture, [NDLR : le 6 décembre 2008], c’est un cabaret dans lequel les gens viennent dîner, danser avec un beau spectacle de magie, de ballets. C’est une soirée avec de magnifiques costumes où l’on partage en famille de bons moments. Ce spectacle est très classieux et le public semble beaucoup apprécier…

 

Reprendre après les folie’s de paris, n’est ce pas difficile ?

Les folie’s de Paris n’existaient plus, l’établissement était fermé depuis 3 ans avant mon arrivée. J’ai travaillé dans un autre registre : les folie’s de Paris était un spectacle de transformistes, je n’ai pas d’affinité avec ce genre de spectacle donc j’ai créé quelques choses plus basé sur la revue, les paillettes, le cabaret…

 

Quel bilan peut-on faire pour cette première année ?

C’est un bon début, on croise toujours les doigts ! Notre métier est « fait de ce que va devenir demain… » Mais effectivement, nous avons beaucoup de dates qui affichent déjà complet. Je suis heureux. C’est aussi parce qu’on travaille beaucoup, je recherche à faire évoluer mon spectacle, j’aime la perfection. Je ne suis jamais satisfait et je recherche toujours à faire encore mieux.

 

la Grande Fête Lilloise du Cirque 2010

 

Un grand Merci à Monsieur Fééry pour sa disponiblité et sa gentilesse.
Interview : © Zoom Sur Lille – 02/11/2009
Photos : © Zoom Sur Lille

 

 

j’aime la perfection. Je ne suis jamais satisfait donc c’est toujours la recherche de faire encore mieux.

A propos de Vincent

A lire également !

Copyright : DR / SNCF / J'aime le train

Coulisses de la SNCF

  Dans le cadre de l’opération « J’aime le Train » organisée par la SNCF, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *