lundi , 27 mai 2019
Accueil » Actualités » A l’occasion de la réouverture des plans-reliefs, le Palais des Beaux-Arts de Lille sera gratuit les 16 et 17 mars 2019

A l’occasion de la réouverture des plans-reliefs, le Palais des Beaux-Arts de Lille sera gratuit les 16 et 17 mars 2019

Après 10 mois de restauration, les plans-reliefs du Palais des Beaux-Arts de Lille rouvrent leurs portes le samedi 16 mars 2019 pour un week-end gratuit pour tous !

Après l’atrium en 2017, le musée a entrepris le réaménagement de la salle des plans-reliefs. Nouvel éclairage, nouvelle signalétique, nouvelle médiation, les œuvres se révèlent sous un regard neuf et original. La collection entière a été restaurée et la salle réaménagée, une première depuis sa création en 1997. L’esprit de la scénographie d’origine a été conservé, avec aujourd’hui une présentation enrichie de nombreux contenus et de points de vue contemporains.

 

Les Plans-Reliefs
Classés Monuments Historiques en 1927
De 1668 à 1870, pas moins de 260 plans-reliefs représentant 150 sites fortifiés de France furent réalisés à des fins militaires. Il en subsiste aujourd’hui une centaine, dont 14 sont conservés au Palais des Beaux-Arts de Lille. La réouverture des plans-reliefs du musée est menée en étroite collaboration avec le Musée des plans-reliefs de Paris, propriétaire de cette collection inestimable.

La collection du Palais des Beaux-Arts de Lille
14 plans de villes fortifiées du nord de l’Europe (6 françaises, 7 belges, 1 néerlandaise) qui représentent 400m² de maquettes.

Villes du Nord
Avesnes-sur-Helpe (1826) – 18 tables / 39 m² / 7,53 x 5,25 m
Bergues (1699) – 6 tables / 16 m² / 4,41 x 3,76 m
Gravelines (1756) – 7 tables / 17 m² / 4,60 x 3,73 m
Lille (1740) – 10 tables / 18 m² / 4,50 x 4 m

Villes du Pas-de-Calais
Aire-sur-la-Lys (1743) – 15 tables / 27 m² / 5,90 x 4,67 m
Calais (1691) – 6 tables / 35 m² / 7,53 x 4,63 m

Villes de Belgique
Ath (1697) – 5 tables / 18 m² / 4,80 x 3,78 m
Charleroi (1695) – 4 tables / 14 m² / 4,05 x 3,40 m
Menin (1702) – 6 tables / 20 m² / 5,42 x 3,72 m
Namur (1750) – 22 tables / 50 m² / 7,76 x 6,50 m
Audenarde (1746) – 11 tables / 23 m² / 5,48 x 4,16 m
Tournai (1701) – 11 tables / 38 m² / 6,54 x 5,80 m
Ypres (1701) – 12 tables / 35 m² / 6,64 x 5,48 m

Ville des Pays-Bas
Maastricht (1752) – 13 tables / 40 m²  / 6,89 x 5,80 m

 

Des témoins de notre histoire
Des objets de stratégie militaire représentant les villes fortifiées conquises.
Réalisés entre le 17ème siècle (sous Louis XIV) et le 19ème siècle (sous Napoléon III), ils racontent l’évolution historique et urbanistique de nos territoires.

Des objets d’art fascinants par leur taille et leur minutie
La prouesse technique de représenter fidèlement le monde à l’échelle 1/600ème vu du ciel (avant même les premiers essais en montgolfière).
Un travail monumental et rigoureux d’assemblage de bois, de cartons imprimés ou peints, de poudres de soie, de fils de fer…

 

Le Plan-relief de Lille
Dans la nouvelle configuration de la salle, le plan-relief de Lille occupe une place de choix, au centre de l’espace.

Innovation et interactivité
Grâce à un dispositif numérique développé sur mesure pour le plan-relief de Lille, le visiteur pourra zoomer sur l’objet à l’échelle d’un bâtiment et visualiser sur un écran tactile la vue rapprochée de celui-ci en 3D. Ce sont au total 70 points d’intérêt qui lui seront ainsi révélés.
L’outil permettra également une « géolocalisation affective » de l’adresse de son choix grâce à un moteur de recherche recouvrant l’index des rues de Lille, Lomme et Hellemmes.
Le modèle 3D pourra également être consulté en ligne sur le site : www.pba-lille.fr.

 

« Lille du Diamant Bleu » , une plongée à 360 degrès dans la ville au 18ème siècle grâce à la réalité virtuelle.
Quand le soleil se couche sur le plan-relief de Lille, quel étrange et dernier songe accompagne donc le grand roi pour lequel il fût conçu ?  Coiffé de votre casque de réalité virtuelle, vous incarnez le roi Louis XIV dans ce court-métrage d’aventure. Au cours d’un périple de 7 minutes, empruntez les anciens canaux, écoutez la ville et poursuivez le diamant bleu de la couronne de France…

5 casques de réalité virtuelle sont mis à disposition du public au Palais des Beaux-Arts. L’expérience sera également accessible en ligne sur smartphones et ordinateurs.

 

Une muséographie repensée pour le confort du visiteur
La salle a été entièrement remise à neuf : nouvel éclairage, nouvelle signalétique, nouveau revêtement de sol, nouveau mobilier.
Une galerie d’entrée plus accueillante, proposant une introduction enrichie aux plans-reliefs en tant qu’objets d’art et témoins d’une histoire riche : cartes, ligne du temps, sciences et techniques, datas.
Toucher l’art et l’histoire du doigt : toujours en galerie d’entrée, deux mosaïques tactiles et interactives accueillent le visiteur, l’incitant à toucher du doigt 80 items qui lui révèlent en images les réponses à toutes les questions que peuvent susciter ces objets fascinants :
– la 1ère mosaïque retrace le fabuleux destin de la collection, avec des documents souvent inédits, depuis leur création sous le règne de Louis XIV jusqu’à leur dépôt au Palais des Beaux-Arts de Lille et jusqu’à aujourd’hui.
– la 2ème mosaïque révèle tous les secrets de fabrication et de restauration des objets et présente de manière très concrète les techniques et matériaux utilisés, pour certains aujourd’hui disparus.
Une galerie au fond du département avec de nouveaux supports de médiation permet de comprendre la méthode de construction des plans-reliefs et de contextualiser leurs vocations anciennes.
Une première : la création d’un atelier pédagogique au sein même du département, un espace dédié à tous les publics autour de pratiques artistiques, de rencontres et de débats.

 

Des plans-reliefs valorisés
Une nouvelle mise en lumière des maquettes restaurées.
Une proximité inédite rendue possible grâce aux dispositifs numériques conçus et développés spécialement pour le projet.
Un plan-relief partiellement monté qui permet d’observer la méthode d’assemblage.
Une matériauthèque pour comprendre la composition des plans, avec un dispositif olfactif, spécialement créé avec la parfumeuse Caroline Caron.
Un discours renouvelé : plus de 200 cartels, une frise chronologique, des cartes et plans, des chiffres-clés, des objets de contexte.
Des textes originaux écrits par des plumes contemporaines (historien.e.s, auteur.e.s…) pour poser un regard actuel sur les oeuvres : Jean-Marc Besse, Patrick Boucheron, Carole Fives et Maylis de Kerangal.
Des images contemporaines : un montage réalisé par le cinéaste Bruno Dumont crée dans l’axe central de la salle une fenêtre ouverte sur les paysages des Flandres, en écho au paysage représenté sur les plans.
Pour le jeune public : des cartels accessibles rédigés par eux et pour eux, des vidéos réalisées par des classes de l’École Pasteur de Lille (projet « Un enfant dans la ville »), permettant aux enfants de mieux comprendre ce qu’ils voient.

 

Le Chantier de restauration
Un chantier hors-norme
Après la fermeture de la salle à la mi-avril 2018 jusqu’en janvier 2019, les plans-reliefs ont été démontés et déplacés dans la salle d’exposition temporaire devenue salle de restauration. C’est un groupement de 15 restauratrices qui a eu la charge de la campagne de restauration, depuis les opérations de dépoussiérage jusqu’aux opérations de traitement des cristallisations, en passant par des mesures conservatoires (recollage, décrassage, retouches picturales…). Un comité scientifique composé de représentants du Musée des plans-reliefs de Paris, de la DRAC des Hauts-de-France et du C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France) ont supervisé aux côtés du Palais des Beaux-Arts, ce chantier herculéen.

Une redécouverte des plans-reliefs
Le chantier de restauration a été l’occasion de découvrir et d’étudier les plans-reliefs au plus près. Des conservateurs, des historiens, des archivistes, des urbanistes, des architectes, des écologues ou encore des militaires sont venus nombreux explorer les plans-reliefs et enrichir la connaissance sur ces objets comme sur l’histoire des villes représentées.
La communauté scientifique universitaire française et européenne s’est également beaucoup intéressée au projet, tant aux techniques de numérisation et de modélisation des objets, qu’aux liaisons possibles avec les nouveaux systèmes d’information géographique (Lyon, Namur, Tournai, Maastricht, Florence … ).

 

Infos pratiques
Palais des Beaux-Arts de Lille
Place de la République
Jours et horaires d’ouvertures : samedi 16 & dimanche 17 mars 2019 de 10h à 18h
Tarif : gratuit pour tous
Site internet du Palais des Beaux-Arts de Lille

Source et image : DR / © Palais des Beaux-Arts de Lille

de à
Actualités

A propos de Damien

A lire également !

Red Bull Dance Your Style au Palais de la Bourse de Lille le vendredi 31 mai 2019

Red Bull Dance Your Style est de retour, et verra s’affronter du 31 mai au …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.