lundi , 26 août 2019
Accueil » Actualités » Que faire à Lille le lundi 10 juin 2019 ?

Que faire à Lille le lundi 10 juin 2019 ?

Zoom Sur Lille vous propose quelques idées sorties pour le lundi 10 juin 2019 à Lille !!!

 

Proyecta Alfombrista – Gratuit
Dans l’Atrium du Palais des Beaux-Arts de Lille, un masque de jaguar de 9 m x 14 m est réalisé en semences et feuilles de maïs par des artistes et artisans de Tlaxcala (Mexique).

Au Mexique, le masque fait partie de l’artisanat cérémoniel de la culture populaire. Grâce aux masques, les communautés indigènes et métisses s’identifient avec les dieux (catholiques ou païens), les esprits, les héros mythologiques ou encore les personnages historiques qui vivent dans la mémoire collective.

De son côté, le jaguar est présent dans diverses cultures ancestrales au Mexique. Connu comme « tecuani » en nahuatl et « balam » en langue maya, le jaguar est un animal aux habitudes crépusculaires et nocturnes, à la peau tachetée qui rappelle le ciel. En raison de son habileté, on considère dans la cosmogonie préhispanique que le jaguar traverse les différents niveaux cosmiques : la terre, l’air et l’eau : il possède dans ses griffes et ses canines une grande force qui lui permet de contrôler son espace (la selva) et d’organiser le cosmos. Diverses légendes font référence au jaguar. Dans la région proche de Huamantla Tlaxcala, la tradition orale raconte que le tecuani habitait dans la région de La Malinche, raison pour laquelle la forêt était impénétrable. Le jaguar est le plus grand félin d’Amérique et le troisième au monde, son espèce se trouve actuellement en danger d’extinction.

Le tapis « Masque Jaguar » représente un symbole de la culture populaire mexicaine, qui reprend la force, l’intelligence et le pouvoir du Jaguar, divinité préhispanique qui incarne la beauté et la férocité, deux pôles opposés qui représentent notre identité culturelle. L’œuvre est également un message de prise conscience et de respect pour la biodiversité.

Palais des Beaux-Arts de Lille
Place de la République
Horaire : 14h à 19h
Tarif : gratuit pour accéder à l’atrium
Découvrez notre article Proyecta Alfombrista

 

Parc d’Attractions « Cita-Parc » *
Le parc d’attractions « Cita-Parc » situé à côté du zoo de Lille est le lieu idéal pour flâner, s’amuser et se détendre, avec ses 9 000 m² dédiés aux petits et grands. Un florilège d’attractions sur le thème de la nature et des animaux attend les enfants, pour les convier à d’incroyables aventures.

 

Cita-Parc
Avenue Mathias Delobel
Horaires d’ouverture : 14h à 19h

Tarifs :
1 ticket = 2 €
13 tickets = 20 € (soit 1,54 € le ticket)
25 tickets = 35 € (soit 1,40 € le ticket)
Offre fidélité (grâce à la carte Cita-Parc offerte avec votre premier pack de 25 tickets acheté) : 3 x 25 tickets achetés = 15 tickets offerts !
1 ticket = 1 tour de manège. Les billets donnent accès à toutes les attractions, quelle que soit la date de visite (selon le calendrier d’ouverture du parc). Le parc dispose également d’offres CE et pour les groupes d’enfants.
Découvrez notre article sur Cita-Parc

* en fonction des conditions climatiques.

 

Ferme Pédagogique Marcel d’Hénin
Juste derrière le casino Barrière de Lille se trouve la Ferme Pédagogique Marcel Dhénin. La ferme permet à tous la découverte des animaux et plantes de la ferme, en particulier des races et variétés régionales. Elle propose de nombreuses animations destinées à un large public, dans un souci de sensibilisation et de (re)découverte du patrimoine régional. Les animaux présents à la ferme : ânes, cochons, vaches, chèvres, lapins, poules…

Ferme Pédagogique Marcel D’Hénin
14, rue Eugène Jacquet
Tarif : gratuit
Horaire : 9h à 18h30

 

Zoo de Lille
A 10 minutes à pied du cœur de la ville de Lille, le Zoo de Lille présente une centaine espèces animales des cinq continents. Du petit chevrotain malais au zèbres et des petits singes tamarins aux grands gibbons, les visiteurs découvrent des espèces très variées. Ils s’émerveillent devant la fourrure du panda roux, les couleurs vives des aras et s’amusent des facéties des singes capucins. C’est un lieu privilégié pour découvrir, à travers des activités pédagogiques, les espèces animales et communiquer sur la conservation de la Nature.

Zoo de Lille
Avenue Mathias Delobel
Horaire : 10h à 19h (dernier accès 30 minutes avant la fermeture des portes)
Tarifs :
– gratuit pour les Lillois, Hellemmois et Lommois possédant un Pass Zoo
– billet 1 jour : gratuit pour les moins de 4 ans inclus / 2€ pour les enfants de 5 à 17 ans / 4€ pour les adultes (18 ans et plus) / billet 2 + 2 (2 adultes + 2 enfants) = 10€ +1,50€ par enfant supplémentaire
– abonnement valable 1 an : enfant de 0 à 4 ans inclus = gratuit / enfant de 5 à 17 ans = 8€ / adulte = 14€ / famille (2 adultes + 3 enfants) = 36€
Découvrez notre article sur la saison 2018 au Zoo de Lille

 

lille3000 – Eldorado
Musée de l’Hospice Comtesse – Payant
Intenso/Mexicano
Terre et Liberté !
Parmi les mythes qui façonnent, encore aujourd’hui, l’imaginaire mexicain, la Révolution de 1910 s’avère l’un des plus puissants. À cent ans à peine du conflit armé qui opposa à la dictature de Porfirio Díaz libéraux et anarchistes, puis les leaders agraires Zapata et Villa, et qui plongea jusqu’en 1917 le pays dans la guerre civile, la consigne « Terre et liberté ! » fait écho à maintes revendications actuelles : le droit à la terre, certes, mais aussi à l’eau, à l’éducation, aux garanties individuelles…

Une nature flamboyante ou aride à l’échelle démesurée (le territoire mexicain fait trois fois celui de la France) connote la terre nourricière et à la fois indomptable. Les peintres du début du XXème siècle dénoncent la misère et les révoltes paysannes ; ils prônent surtout la dignification de nouveaux archétypes : la mère, l’agriculteur, la femme du peuple au combat, la maîtresse d’école, le prolétaire… Plus tard, et en réponse aux effets de l’exode rural vers la mégalopolis et de la migration aux États-Unis, d’autres types issus de l’indigence et des inégalités sociales viendront compléter la liste, avec l’enfant des rues notamment. Triomphe et paradoxes de la Révolution…

Corps à corps
Tout au long du XXème siècle, le portrait porte aux nues certaines valeurs identitaires qui marquent profondément la sensibilité du public mexicain. La sensualité et un brin d’excès catalysent les qualités que l’on exige de la représentation de la beauté, au-delà de toute hiérarchie de classe, de coutumes ou d’ethnie. C’est la fusion organique de l’individu avec son sang, son terroir et l’énergie cosmique que soulignent les artistes : la caresse orgasmique des vagues ou, plus prosaïquement, le goût du costume régional et des ornements préhispaniques. Cette mise en scène du modèle schématise bien sûr un rapport idéalisé à autrui. C’est dans ces jeux de miroir que s’inscrivent les avatars de la séduction, quoique pas forcément par rapport au sexe opposé. Avec la libération sexuelle, l’émancipation féminine et les contrecultures de 1968 et du rock, les artistes osent évoquer des préférences demeurées longtemps taboues. Cette approche érotique revêt souvent l’aspect d’un hommage aux régions reculées du pays, en particulier Oaxaca où persistent les traditions ancestrales, comme le matriarcat, le syncrétisme religieux et un sens aigu de la fête.

Rêves Incarnés
La permanence de rites archaïques et l’influence du surréalisme (Breton, Artaud et Péret ont séjourné au Mexique, terre d’accueil de réfugiés de la Seconde Guerre mondiale) assurent bonne fortune aux métamorphoses de l’inconscient par l’image. Héritage des cultes animistes que la Conquista des rois catholiques espagnols n’est guère parvenue à éliminer, cinq siècles plus tard les hybrides, zoomorphes et anthropomorphes, enrichissent un répertoire visuel chargé d’onirisme et de fantasmagories. On y perçoit une obsession de la mort, qui combine la fascination de l’au-delà et l’expression de pulsions de toutes sortes, notamment l’instinct de violence porté à des degrés variés. C’est le même élan spirituel nuancé de soif de primitif qui pousse nos contemporains à poursuivre, dans les recoins idylliques, la promesse d’un nouvel Éden ou d’un Eldorado que le Mexique parvient encore à tenir.

 

Tlacolulokos Visualizing Language : Oaxaca in L.A
Le collectif Tlacolulokos, du nom de leur ville natale de Tlacolula dans l’État de Oaxaca au Mexique, est composé de Javier Dario Canul Melchor, né en 1984, et Cosijoesa Eleazar Cernas Garcia, né en 1992. Leur démarche figurative et leurs œuvres s’inscrivent dans différents lieux et espaces (musées, rues, bibliothèques…). Ils axent leurs travaux sur des réflexions sociales locales qui touchent aux problématiques universelles socio-culturelles et à la mise en valeur de leurs origines indigènes.

L’exposition Visualizing language: Oaxaca in L.A permet aux visiteurs de découvrir une série de peintures surdimensionnées dont les sujets sont des immigrés et enfants d’immigrés issus de quartiers défavorisés de Los Angeles. Ces œuvres empruntent leur langage plastique tant à la peinture classique qu’aux codes de la culture urbaine. « C’est une représentation des enfants d’immigrés qui sont nés ici », déclare Canul à propos du jeune garçon représenté. « Beaucoup d’immigrants vivent dans des quartiers pauvres et dangereux. Ils veulent quitter leur quartier, mais beaucoup finissent par rester ».

Musée de l’Hospice Comtesse
32, rue de la Monnaie
Horaire : 14h à 18h
Tarifs : 7€ (plein) / 5€ (réduit)
Découvrez notre article sur les expositions lille3000 à Lille

 

Palais des Beaux-Arts de Lille – Payant
Golden Room
Golden Room, chambre au trésor ou caverne d’Ali Baba : c’est le lieu mythique de tous les chercheurs d’or, de tous les Eldorados. Un espace merveilleux, monochrome,tout est d’or, du sol au plafond, dans un amoncellement scintillant d’objets dorés, dans un mélange anachronique de toutes les époques, de toutes les civilisations, jusque la plus contemporaine.

Miracle, cette chambre des merveilles contient également un soupçon : et si elle n’était jamais que la caverne des voleurs, le trésor perdu des pirates, l’espace bling-bling de milliardaires douteux, et donc la somme clinquante de bien des pillages ? Tant il est vrai que la conquête des Eldorados se fait dans la violence et par le pillage des peuples dominés.

Ainsi, derrière les feuilles d’or, cet amas d’objets où l’or véritable se mélange au toc et à la pacotille pourrait bien nous apparaître comme un mirage économique. Comme une gigantesque nature morte, où tout n’est que vanité. Comme le vestige déjà en ruine de bien des civilisations qui se sont parfois perdues dans la recherche éperdue de la prospérité.

Et si la Golden Room était aussi une chambre noire ?

 

Besoin d’Air de Mathias Kiss
À la croisée de la peinture, de la sculpture et de l’architecture, Mathias Kiss mène une réflexion autour de la déconstruction de l’héritage classique. Son travail provoque l’effacement des barrières entre l’art et l’artisanat, dans la lignée de courants comme le mouvement Arts & Crafts ou l’école du Bauhaus.

L’artiste propose pour le Palais des Beaux-Arts une installation évoquant le ciel et l’espace. Elle ouvre le lieu vers l’extérieur et la lumière, appelant ainsi au rêve de tous les possibles.

 

 

Golden Books
En parallèle de l’exposition Golden Room, la bibliothèque municipale et le cabinet des dessins du Palais des Beaux-Arts de Lille présentent une sélection de manuscrits et de feuillets enluminés du XIIème au XVIème siècle provenant de leurs fonds.

Rarement visibles, ces chefs-d’oeuvre enluminés montrent l’importance de l’or dans leur décoration et leur reliure.

Le précieux métal magnifie les histoires et leur décor. L’or rehausse les miniatures, les lettrines et les bordures des manuscrits médiévaux, en particulier ceux destinés à la liturgie et à la dévotion privée (livres d’heures, livres de prières, psautiers et bréviaires).

Nombreux sont les exemplaires du XVème siècle parvenus jusqu’à nous. Ce siècle est celui du livre d’heures, véritable best seller du Moyen Âge.

Palais des Beaux-Arts de Lille
Place de la République
Horaire : 14h à 18h
Tarifs : 8€ (plein) / 4€ (réduit)
Découvrez notre article sur les expositions lille3000 à Lille

 

Musée d’Histoire Naturelle de Lille – Payant
Curiosidad

En tant qu’invité privilégié de la grande édition Eldorado, le Mexique est mis à l’honneur au Musée d’Histoire Naturelle de Lille à travers une exposition dédiée aux pièces issues des collections du Musée d’Art Populaire de Mexico. Ces objets renvoient à la culture traditionnelle mexicaine et à l’imaginaire mexicain fortement empreint de la biodiversité, réelle ou imaginaire. La sélection de ces objets aux formes d’animaux de la culture mexicaine dialogue avec les collections du Musée d’Histoire Naturelle de Lille et des nombreuses espèces qui les constituent.

 

 

Musée d’Histoire Naturelle de Lille
Place de la République
Horaire : 9h30 à 17h
Tarifs : 5€ (plein) / 3,5€ (réduit)
Découvrez notre article sur l’exposition Curiosidad

 

TriPostal – Payant
Eldorama
Vaisseau amiral de lille3000, le Tripostal déroule le grand récit de l’Eldorado à travers une myriade d’œuvres d’art contemporain empruntées aux quatre coins du monde. En trois chapitres, correspondant aux trois étages du lieu, l’exposition met en scène l’aventure universelle de tous les Eldorados qui font se déplacer et se mouvoir des individus et des peuples. Ponctué d’œuvres qui lancent le mouvement, tandis que d’autres s’offrent comme des stations idéales avant de repartir vers d’autres horizons, le parcours déploie un récit épique dynamique, mais également sauvage et violent, animé par le regard fasciné ou critique que portent les artistes sur les multiples Eldorados promis par notre monde contemporain.

 

TriPostal
Avenue Willy Brandt
Horaire : 10h à 19h
Tarifs : 9€ (plein) / 7€ (réduit)
Découvrez notre article sur Eldorama

 

Gare Saint Sauveur – Gratuit
La Déesse Verte
Établissant un parallèle entre les formes de l’art et les formes de la nature, l’exposition prend la forme ludique d’une vaste serre dystopique reconstituée dans la Gare Saint Sauveur. Dans un dialogue incessant avec la notion, cruciale elle aussi, de monde bâti à travers la figure de la ruine, qu’elle soit urbaine ou issue de civilisations disparues, mais aussi de l’idéal architectural moderniste, l’exposition référence de nombreux paysages, jardins, représentations mythiques, imaginaires et/ou historiques de la nature, en lien avec l’art, les cosmogonies indigènes, la technologie ou la science-fiction. Les œuvres, éléments végétaux d’une forêt vierge, modules d’architecture ou habitants/protagonistes, se mêlent dans une scénographie exotisante, spectaculaire et apocalyptique à dessein, soulignant les ambiguïtés des notions de naturel, authenticité et exploitation.

Môm’Art – Les enfants à l’œuvre !
La Gare Saint Sauveur met à l’honneur le talent des enfants ! Tout au long de l’année, les élèves des écoles de Lille, Lomme et Hellemmes se sont initiés à différentes disciplines artistiques, sur le thème Eldorado.

Môm’Art présente leurs réalisations à travers une grande exposition, mais aussi des spectacles et des ateliers. À quoi ressemble l’Eldorado des enfants et des jeunes ? Quels sont leurs rêves, leurs espoirs, leurs utopies ?

Tout au long de l’année scolaire, les enfants de Lille, Lomme et Hellemmes ont rencontré des artistes autour d’ateliers de pratique et de découverte. Individuellement ou en groupe, par le biais de différentes techniques (dessin, photographie, écriture, musique, sculpture, théâtre, danse) ils expriment leur vision du monde actuel et de l’avenir. Afin de valoriser les multiples productions réalisées dans les écoles, la Gare Saint Sauveur accueille l’exposition Môm’Art, dans une profusion de couleurs, d’émotions, d’images et de sons. Un voyage artistique conçu par les enfants, pour leurs camarades, leurs familles mais aussi tous les amateurs d’art !

Des ateliers, rencontres, spectacles et concerts accompagnent l’exposition, qui présente également une toute une série d’alebrijes.

Gare Saint Sauveur
17, boulevard Jean-Baptiste Lebas
Horaire : 12h à 19h
Découvrez notre article sur les expositions à la Gare Saint Sauveur

Sources : Ville de Lille / lille3000 / Cita-Parc – Photos – Images : © Zoom Sur Lille

A propos de Damien

A lire également !

Braderie de Lille 2019 : le Plan

Découvrez le plan de la Braderie de Lille 2019 (31 août et 01 septembre 2019). …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.